Keepass : chiffrez vos mots de passe sur Windows et Mac

KeePass : retenez un seul mot de passe et chiffrez tous les autres

KeePass est sans conteste le gestionnaire de mot de passe le plus apprécié du moment et cela grâce à une myriade d’options qui apportent une fiabilité en sécurité hors du commun.

Sous licence GPL v2, KeePassKeePass est gratuit et le restera. Son code source est disponible pour tous les codeurs et développeurs du monde entier ce qui assure à KeePass des mises à jours et évolutions majeures au fil de ses versions.

Keepass 2.43 | Windows Keepass 2.43 | Portable MacPass (Fork) 0.7.9 | MacOS Keepass 2.xx | Linux
Lien vers les logiciels officiels et non officiels
interface de keepass windows

Un gestionnaire de mot de passe simple et gratuit

Son principe est très simple : KeePass sauvegarde tous vos mots de passe dans une base de données qui lui est propre et qui est en réalité un fichier chiffré (« crypté »).

Cette base de données n’est alors accessible que grâce à votre mot de passe principal, le seul que vous avez à retenir et que vous aurez préalablement judicieusement choisi.

La sécurité de l’accès à cette base de données peut être alors encore renforcée très simplement en joignant « une clé » (à l’aide d’un fichier .key)

Un gestionnaire de mot de passe fiable et sécurisé

KeePass est disponible avec deux versions différentes de sécurisation pour choisir le degré de sécurité que vous souhaitez.

Vous aurez ainsi le choix entre deux algorithmes de chiffrement pour :

• une sécurisation par chiffrement AES (clé de 256 bits)
• une sécurisation par chiffrement TwoFish (clé de 256 bits + blocs de 128 bits)

Ces 2 méthodes de chiffrement sont actuellement les meilleurs du marché pour un usage tout public et professionnel.

Cependant, vous le savez, les failles de sécurité proviennent hélas le plus souvent de vos systèmes d’exploitations et KeePass est heureusement multiplateforme.

Un gestionnaire de mot de passe pour MacOS, Linux, FreeBSD et Windows

Qui dit système d’exploitation avec un monopole grand public dit aussi plus d’attaques pour exploiter les failles du dit système d’exploitation.

Sans pointer du doigt l’OS de la firme de Richmond, KeePass a été pensé pour la sécurisation des mots de passe sur tous vos ordinateurs et cela quel que soit la plateforme que vous utilisez.

Vous pouvez donc travailler en journée sur un poste sous Windows au bureau pour continuer à utiliser KeePass sur votre ordinateur personnel sous MacOS ou sous Linux à la maison par exemple.

Sous Windows, l’installation de KeePass est native. Sous MacOS, Linux et FreeBSD , l’installation native peut s’opérer grâce à la plateforme Mono (une plateforme de développement Microsoft .NET basée sur la CLI que nous vous proposons en téléchargement).

Pour les utilisateurs sous Windows, une seconde version de KeePass existe pour permettre de lier la base de données à un utilisateur Windows ainsi que de permettre l’incorporation de pièces jointes dans les entrées (pour les versions 2.x).

interface keepass

Un gestionnaire de mot de passe certifié ANSSI

C’est dans le cadre de ses missions pour la défense et la sécurité nationale que l’ANSSI (l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information) teste les logiciels utilisés dans les administrations publiques françaises.

Depuis 2012, le Socle Interministériel de Logiciels Libres définit une liste de logiciels libres qui doivent être utilisés dans nos administrations, logiciels libres que l’ANSSI teste sur des aspects de sécurité.

C’est ainsi depuis 2010 que l’ANSSI certifie KeePass dans sa version 2.10. Son déploiement est national depuis 2012 dans toutes nos administrations publiques.

Un gestionnaire de mot de passe recommandé pour sa sécurité

En plus de l’ANSSI, l’Office Fédéral de la Sécurité des Technologie de l’Information en Allemagne rédigea une note à destination des PME en 2018 afin de leur recommander l’utilisation de KeePass.

La Commission Européenne ordonna un audit de sécurité à l’occasion du tout premier EU-FOSSA (le « Free and Open Source Software Audit » européen) de 2016 puis récidiva en 2019 dans le cadre du troisième « bug bounty » de KeePass qui récompense les généreux testeurs en sécurité qui rapportent les bugs et failles de sécurité aux développeurs.

Bref, avec KeePass vous atteignez des sommets en matière de sécurité et ce n’est pas nous qui le disons !

Gérez vos mots de passe aussi sur mobile

La base de données contenant vos mots de passe chiffrés (ou chiffrés si l’on veut utiliser le terme correct) peut être synchronisée à distance.

Avec l’application KeePass installée sur votre smartphone vous pourrez être synchronisé depuis un site distant en FTP sur votre BlackBerry, Pocket PC, iPhone, Windows Phone 7 et bien évidemment sur Android.

Il existe des solutions de synchronisation plus simple grâce au cloud sur d’autres logiciels de gestion de mots de passe, cependant le degré de sécurisation du transport des données est alors plus problématique et bon nombre d’utilisateurs se méfient de solutions cloud comme Dashlane ou Lastpass.

KeePass est donc une excellente alternative aux gestionnaires de mots de passe par cloud.

 

Une interface en glisser/déposer très facile d’utilisation

Pour les entrées de votre fichier (votre base de données), vous aurez la possibilité de simplement glisser et déposer les informations nécessaires pour entrer le nom d’utilisateur puis ensuite le mot de passe associé. Toutes les entrées de la base de données peuvent ainsi être glissées et déposées.

Encore plus simple avec la saisie automatique de mot de passe

Si vous désirez gagner encore plus de temps, vous pouvez dans KeePass renseigner l’identifiant et le mot de passe à utiliser pour une application ou pour un site (grâce à son URL) afin que celui-ci les mettent automatiquement à chaque lancement de l’application ou du site internet.

C’est au sein de la base de données avec vos de mots de passe qu’il vous suffira d’ouvrir le menu contextuel par le clic droit sur une entrée pour sélectionner « exécuter la saisie automatique ».

Terriblement efficace et très simple pour pré-remplir les informations de connexion pour un site ou un logiciel demandant une authentification.

Comme toujours, la saisie automatique est bien évidemment chiffrée et donc sécurisée au sein même de KeePass, donc il n’y a aucune inquiétude quant à l’utilisation de cette option.

Vous changez souvent de mot de passe ?

Il faudrait avoir une mémoire phénoménale pour retenir le nombre de mots de passe importants qui régissent notre vie d’utilisateurs.

Il est évidemment très déconseillé d’utiliser toujours le même mot de passe et le même nom d’utilisateur, mais heureusement KeePass est là pour tout gérer à votre place.

Pour ce qui est des sites ou logiciels où vous changez régulièrement de mots de passe, KeePass est capable de garder une trace de ces anciens mots de passe grâce à un historique des entrées de la base de données.

keepass vous aide a retenir tout vos mots de passe

KeePass plus en détail : commente ça marche

Vos mots de passe sont enregistrés dans KeePass dans sa base de données qui est un fichier chiffré au format .kdb (pour la v1) et .kdbx (pour la v2).

A chaque mot de passe une entrée dans cette base de données. Chaque entrée possède alors plusieurs champs dont le nom d’utilisateur, le mot de passe, l’adresse URL en question et des pièces jointes (à partir de la version 2) et bien évidemment le titre de cette entrée pour se repérer facilement dans la base de données.

Par souci de sécurité, KeePass garde en mémoire pour chaque entrée d’autres informations comme la date et l’heure de sa création, de sa dernière modification et de son dernier accès depuis votre base de données contenant vos mots de passe chiffrés.

Cela permet également à KeePass de vous prévenir quand un mot de passe nécessite un changement ce qui est très pratique et surtout automatique.

options de keepass

La meilleure option de KeePass selon nous

Une des failles majeures que l’on retrouve dans les gestionnaires de mots de passe est la gestion du presse papier lorsqu’un mot de passe est copié/collé.

KeePass permet alors de chiffrer les mots de passe en mémoire vive de votre ordinateur (et au passage de remplacer les caractères visibles par des astérisques).

Mais cela n’étant hélas pas suffisant pour garantir une sécurité optimale, KeePass ne conserve en mémoire dans le presse papier que 12 secondes maximum un mot de passe copié/collé.

Cette conservation temporaire dans le presse papier est une parfaite solution de contournement pour un problème de sécurité très épineux pour les logiciels de gestion de mots de passe.

Des versions légères et stables de KeePass : la version portable

KeePass est proposé en deux versions qui sont elles-mêmes disponibles en version classique et portable.

Une version portable de KeePass permet de jouir de son gestionnaire de mot de passe favori sur sa clef USB ou sur un tout autre support de stockage amovible comme une carte SD.

Il n’y aura alors plus besoin pour vous d’installer KeePass sur l’ordinateur que vous utilisez puisque c’est depuis votre clef USB que KeePass opèrera.

Toutefois, KeePass 1.x vous demandera le support de GDI+ si vous êtes sur un système plus ancien que Windows XP.

Pour KeePass 2.0, il vous faudra installer Microsoft .NET Framework 2.0.

Passer d’une v1 à une v2… ou depuis n’importe quel autre logiciel !

Grâce à une fonction d’importation très simple par fichier TXT ou CSV, vous pouvez passer de KeePass version 1 à KeePass version 2 sans aucun souci tout comme importer ces entrées en provenance de n’importe quel autre logiciel de gestion de mots de passe.

KeePass est donc « compatible » avec tous les autres logiciels pour l’importation tant que ceux-ci proposent une importation et une exportation au format TXT ou CSV.

Il existe également des plugins supplémentaires pour KeePass qui vous aideront grandement à importer les entrées des autres gestionnaires de mot de passe.

Pour l’exportation de vos mots de passe gérés par KeePass sur d’autres supports, nous avons prévu les formats TXT, HTML, CSV et XML pour une meilleure interopérabilité.

Vous parlez l’estonien, le croate ou encore le galicien ?

KeePass est disponible nativement en anglais mais vous pouvez ensuite ajouter des traductions officielles (grâce au travail chevronné de généreux bénévoles) dans plus de 50 langues et dialectes.

Ces fichiers de traduction sont disponibles au format .lng et .lngx selon votre version de KeePass.

keepass sous différentes OS

Nos conseils pour sécuriser votre environnement

Nous vous recommandons très chaudement de vérifier s’il n’y a aucun keylogger installé sur votre système et qui pourrait tout simplement enregistrer tous vos clics, vos frappes clavier et le contenu du presse papier pouvant contenir justement votre mot de passe KeePass.

Ces logiciels malveillants aussi appelés « enregistreurs de frappe » sont détectables et supprimables depuis des logiciels de nettoyage tel que Adware ou Spybot Search and Destroy. Ceci est plus que vivement conseillé lorsque l’on sait que Windows 10 propose depuis sa v1009 un partage de l’historique du presse papier sur le cloud.

Mais la première faille de sécurité qui existe pour vos systèmes c’est vous ! Sachez qu’il existe des logiciels spécialisés dans le cassage du chiffrement de KeePass pour pouvoir découvrir vos mots de passe.

C’est ce que proposent KeePass2john, KeePass Self-Bruteforcer et KeeCracker et l’on remarque que des mots de passe complexes ne peuvent être « décryptés » par ces logiciels aux objectifs plus que douteux.

Des mots de passe « forts » et complexes vous permettent donc d’être à l’abri de ce type de tentatives de récupération malveillante de vos données.

Les plugins de KeePass

Puisque KeePass est sous licence GPL et est donc un logiciel libre, c’est toute une communauté qui fait vivre ce projet avec bien évidemment des extensions (plugins) très utiles qui approfondissent bien plus encore les possibilités qu’offre ce gestionnaire de mots de passe.

Nous pouvons vous donner comme exemple de plugins pour KeePass les utilisations suivantes :

l’enregistrement d’une sauvegarde de votre base de données à chaque fois que celle-ci est mise à jour par de nouvelles entrées.
• l’utilisation de KeePass sur les trois principaux navigateurs que le grand public utilise avec Chrome, Firefox et Internet Explorer.
• l’utilisation de KeePass sur son smartphone, sa tablette et ses ordinateurs en les synchronisant sur un cloud contenant votre base de données.
l’importation et l’exportation encore plus facile de vos données vers d’autres logiciels qui sont des gestionnaires de mot de passe concurrents à KeePass.
• l’utilisation d’une protection par certificat plutôt que par mot de passe permettant ainsi d’ajouter une sécurisation supplémentaire.

• la mise en ligne de la base de données sur un serveur multi-utilisateurs qui utilisera les protocoles sécurisés :
SCP (Secure CoPy)
SFTP (SSH File Transfer Protocol)
 FTPS (FTP SSL/TLS)

Nous devons toutefois vous avertir sur les risques potentiels liés à l’utilisation de ces plugins pour KeePass : ceux-ci ne peuvent être garantis par KeePass car ceux-ci ne sont pas compris dans les tests et audits de sécurité de notre logiciel.

De même qu’il vous faut vous assurer de la source de l’auteur du plugin et utiliser une vérification avec le hash MD5 pour s’assurer que le contenu du plugin n’a pas été altéré ou encore que ce plugin n’est tout simplement pas le fait d’une personne malveillante.

Il faut comprendre qu’un plugin pour KeePass aura accès à votre base de données et ses entrées, cela veut donc dire à tous vos mots de passe en clair.

Des forks et portages officieux de KeePass également disponibles

Un fork est un nouveau logiciel créé à partir du code source d’un autre logiciel.

KeePass étant open source, son code est donc libre et c’est ainsi que sont apparus des forks très sympathiques et surtout des portages forts intéressants :

KeePassXC : il s’agit d’un fork basé sur l’ancien projet KeePAsX stoppé en 2016 et repris toujours sous licence GPL pour Windows, MacOS et Linux.
WinPass : il s’agit d’un portage absolument génial les appareils tournant sous Windows Mobile 8/10.
KeePassB : il s’agit d’un portage pour la plateforme de BlackBerry.
KeePass2Android et KeePassDroid : encore des portages mais cette fois-ci pour la plateforme Android comme leurs noms l’indiquent.
MacPass : c’est le portage de référence pour la plateforme MacOS.
KeeWeb : il s’agit d’une application web qui permet une synchronisation de votre base de données via Dropbox pour un accès depuis n’importe quel appareil.

Comment utiliser KeePass et débuter avec ?

Vous pourrez trouver les dernières versions de KeePass sur notre site. Il s’agit des versions officielles.

Nous prenons ici l’exemple d’une utilisation sur PC pour la plateforme Windows.

Nous vous recommandons d’utiliser les versions 2.x qui sont bien plus complètes en options et fonctionnalités. Vous avez ensuite le choix entre une version classique et une version « portable » (légère pour clef USB).

1. Installation de KeePass et de la traduction FR

page de téléchargement de keepass du site officiel

Il n’y a absolument aucune difficulté à l’installation sur Windows, l’Installer étant des plus simple et habituel.

Toutefois, KeePass est installé par défaut en langue anglaise et il vous faudra télécharger le pack de traduction français.

Ce fichier au format .lgnx est à placer dans votre dossier « Program Files\KeePass Password Safe 2\Languages » une fois décompressé. C’est depuis le menu « View ➔ Change language » que vous pourrez enfin sélectionner notre langue.

2. Créer la base de données

création mot de passe principal

Rendez-vous dans le menu « Fichier ➔ Nouvelle… » et choisissez le nom que vous désirez pour votre fichier KDBX. C’est ce fichier qui sera votre base de données contenant tous vos mots de passe qui sont chiffrés (cryptés).

L’étape suivante est le choix de votre mot de passe principal, ce qui est appelé sous KeePass votre « clé principale ».

Nous ne vous conseillons pas d’utiliser les mots de passe aléatoires qui même s’ils ont un aspect austère ne sont pas suffisamment sécurisés.

La meilleure méthode pour choisir un mot de passe fort et donc complexe à déchiffrer est d’utiliser une phrase longue que vous choisissez au hasard.

C’est évidemment un moyen qui en plus d’être sécurisé permet de mémoriser cette clé principale beaucoup plus facilement.

Il est vrai que nous vous conseillons d’ajouter des chiffres et caractères spéciaux dans votre clé principale, mais cela dépend de votre capacité à vous en souvenir.

Une phrase longue est amplement suffisante dans la majorité des cas.

keepass feuille de secours

Si vous possédiez d’autres logiciels de gestionnaire de mot de passe comme Dashlane, Lastpass, 1Password ou encore Mozilla, c’est le moment d’importer leurs bases de données que vous aurez préalablement exportées depuis ceux-ci.

Tout se passe dans le menu « Fichier ➔ Importer » où il ne vous restera plus qu’à choisir le fichier à importer tout en conservant son arborescence et ses entrées intacts.

3. Mettre en place la saisie automatique de vos mots de passe

importer fichier de données

Dans son utilisation la plus basique, KeePass vous proposera vos mots de passe avec leurs noms d’utilisateurs que vous pourrez copier/coller dans les formulaires de connexion de vos logiciels ou de vos sites préférés.

Cela peut être particulièrement agaçant pour une utilisation domestique et c’est pourquoi KeePass propose un mode de saisie automatique.

Ainsi, dès lors que l’on vous demande d’entrer un nom d’utilisateur et un mot de passe, ceux-ci seront déjà pré-remplis par KeePass et il procédera même à l’envoi du formulaire de connexion.

C’est aussi simple que cela avec la saisie automatique.

keepass saisie automatique

Pour les utilisateurs que nous sommes, concrètement cela donne une utilisation totalement transparente de KeePass qui va remplir les champs de nom d’utilisateur et de mot de passe par magie dès lors que vous aurez fait un clic droit sur le premier champ pour sélectionner « Exécuter la saisie automatique ».

Le gain de temps est non-négligeable grâce à ce simple clic droit sur le premier champ de vos formulaires de connexion.

KeePass fonctionne de base sur un modèle de formulaire de connexion où il vous est demandé le nom d’utilisateur puis le mot de passe associé, ce qui donne un enchaînement {USERNAME}{TAB}{PASSWORD}{ENTER}.

Il peut cependant arriver pour certain sites que vous ayez à modifier cet enchaînement pour permettre à la saisie automatique de fonctionner, comme c’est le cas par exemple avec les sites qui vont vous demander votre nom d’utilisateur puis de valider pour seulement ensuite vous demander dans une nouvelle fenêtre votre mot de passe.

Pas de panique, KeePass sait très bien le gérer par le simple enchaînement {USERNAME}{ENTER}{DELAY 1000}{PASSWORD}{ENTER}.

Vous l’aurez compris, nous venons tout simplement d’ordonner à KeePass d’ajouter un délai de 1 000 ms (soit 1 seconde) entre le nom d’utilisateur et le mot de passe afin que la page suivante puisse s’afficher et être validée à son tour.

keepass modification d'entrée

Comme l’univers de KeePass regorge de plugins très utiles et puissants, vous pouvez vous aider de KeePassHttp qui vous permettra alors de transmettre de manière automatique vos identifiants à un plugin comme ChromeIPass, nous vous parlons plus en détail ci-dessous.

4. Installer le plugin KeePassHttp pour utiliser le plugin ChromeIPass

Pour installer un plugin (dans cet exemple KeePassHttp et ChromeIPass) il vous suffira de télécharger un fichier .plgx (comme KeePassHttp.plgx) et de la placer dans le répertoire « Program Files\KeePass Password Safe 2\Plugins ».

Pour faire fonctionner ChromeIP il vous faudra simplement cliquer sur « Connecter » où KeePass vous demandera alors d’entrer votre clé de connexion.

Il faut donner l’autorisation à KeePass de pouvoir exécuter des tâches en mode administrateur pour que le plugin puisse alors reconnaitre automatiquement les mots de passe associés aux sites internet que vous visitez.

Il faut bien dire que cette méthode par le plugin ChromeIPass ne fonctionne pas à 100% et produit quelques erreurs, c’est donc bien la première solution, celle native de KeePass que nous vous expliquions juste avant qui est bien la meilleure.

Vous venez néanmoins d’apprendre à installer un plugin pour KeePass.

keepass dans la barre des taches

5. Sauvegarde de vos mots de passe et synchronisation

Nous espérons sincèrement que vous avez déjà une solution de sauvegarde automatique sur votre ordinateur et dans ce cas, votre base de données de KeePass est alors sauvegardée avec le reste.

Toutefois et surtout en cas de panne matérielle, il est tout de même plus intéressant de mettre sa sauvegarde sur un autre support (un disque dur externe par exemple ou carrément sur le cloud).

Votre base de données KeePass est chiffrée et donc indéchiffrable dans les sauvegardes, il n’y a donc aucun risque à avoir sur une clef USB ou tout autre support sa sauvegarde KeePass.

Il vous suffit alors de tout simplement faire une copie régulièrement de votre fichier KDBX afin d’avoir l’esprit tranquille.

Pour ceux qui ont des espaces de stockage en ligne, KeePass peut utiliser les protocoles FTP, HHTP ou WebDAV pour sauvegarder et synchroniser votre base de données à distance.

Le plus intéressant reste bien évidemment de s’installer son propre serveur FTP mais cela n’est pas à la portée de tous et peut être que vous utilisez déjà des services de cloud, il serait donc dommage de ne pas les utiliser.

Vous pourrez y arriver très facilement grâce au plugin KeeAnywhere qui vous permettra une synchronisation (et donc sauvegarde) de votre base de données sur Dropbox, Google Drive, OneDrive, Box ou encore Amazon. Vous savez déjà comment installer un plugin pour KeePass, tout le reste se passe dans le menu « Outils ➔ KeeAnywhere Settings » une fois installé.

différents drive utilisables par keepass

6. Utiliser KeePass Portable : mes mots de passe partout

Il est évident que si en journée vous êtes sur un poste au travail et le reste du temps sur deux autres ordinateurs à la maison, retrouver ses mots de passe sur chacun d’eux serait l’idéal et cela est possible très facilement.

Souvenez-vous que nous vous présentions la version Portable de KeePass qui est suffisamment légère pour tenir sur une clef USB. Il n’y a alors pas besoin d’installer KeePass sur l’ordinateur que vous utilisez au travail (puisque le plus souvent vous n’avez pas les droits administrateurs pour faire cela) ou sur les autres ordinateurs à la maison puisque tout est déjà installé et fonctionnel depuis votre clef USB (qui contient du même coup la base de données et donc tous vos mots de passe du quotidien).

Télécharger KeePass Portable est donc la toute première étape pour avoir un gestionnaire de mot de passe sur clef USB.

L’étape suivante est des plus simples puisqu’il suffit de copier le fichier .Exe lors de votre téléchargement sur la clef USB et… c’est tout. Vous savez déjà comment importer une base de données (la vôtre avec vos mots de passe) et désormais KeePass sera disponible et utilisable partout, tout le temps, sur n’importe quel ordinateur.

7. KeePass sur smartphone

interface de keepass mobileQue vous soyez sur iOS, Android, Blackberry ou d’autres plateformes de smartphones, il est certain que vous trouverez votre bonheur par les plugins KeePass.

Toutes ces extensions sont évidemment compatibles avec la base KDBX de KeePass.

Nous pouvons citer pour les possesseurs d’Iphone l’excellent plugin MiniKeePass qui permet très simplement de gérer sa base de données (et donc ses mots de passe) en ajoutant/modifiant des entrées (voir la capture ci-dessus) et bien évidemment de jouir d’un aussi bon gestionnaire de mot de passe sécurisé sur ses appareils mobiles (pratique pour les tablettes tactiles par exemple).

Voir l’article de Keepass dédié aux smartphone iOS et Android

KeePass sous MacOS et Linux

Bien sûr que n’ont pas été oubliés les utilisateurs qui sont sur des ordinateurs avec des OS autres que ceux de Microsoft.

Nous vous citions les forks (qui ne sont pas des versions officielles de KeePass) mais il existe bon nombre de « portages » pour d’autres plateformes qui permettent d’utiliser directement toutes les fonctionnalités de KeePass sur un logiciel spécifiquement conçu pour Linux, FreeBSD ou encore MacOS.

C’est exactement comme pour les portages de KeePass sur les différentes plateformes de smartphones (iOS, Android…).

Être sur MacOS ou Linux n’est donc pas un souci pour l’utilisation simplifiée de KeePass grâce à ses portages.

Si vous désirez KeePass (le seul et l’unique !) sans passer par un portage, il vous faudra alors installer une couche de compatibilité grâce à Microsoft .NET (cela se fait facilement grâce à Mono), ce qui vous permettra de bénéficier de KeePass avec exactement les mêmes fonctionnalités et avec la même interface que sur Windows.

Il n’y a alors plus rien de déroutant à passer de Windows au travail à Mac OS sur son ordinateur multimédia et à Linux sur son ordinateur pour développer, tout sera à l’identique dans sa présentation et dans son fonctionnement. Parfait non ?

En conclusion

Que vous utilisiez KeePass pour vous simplifier la vie et ne plus avoir à retenir ou noter sur des post-it volants vos mots de passe ou alors pour une sécurisation accrue de vos codes d’accès, ce sont bien ces deux avantages conséquents que vous retrouverez grâce à ce logiciel.

Tous les membres toujours plus nombreux de cette belle et grande communauté sur le projet open source KeePass sont à remercier : grâce à eux, KeePass est sans conteste le gestionnaire de mots de passe chiffrés le plus populaire et cela n’a été rendu possible que grâce à la communauté libre faisant évoluer depuis des années cet excellent logiciel.

Vous pouvez bien évidemment retrouver KeePass dans ses versions Portables et Classiques pour Windows, MacOS X, Linux, BSD et bien d’autres systèmes encore. Pour les portages sur d’autres plateformes, les forks et les plugins KeePass, suivez le guide !

Keepass 2.43 | Windows Keepass 2.43 | Portable MacPass (Fork) 0.7.9 | MacOS Keepass 2.xx | Linux
Lien vers les logiciels officiels et non officiels